L’ethnobotanique étudie les relations entre l’Homme et les plantes. À travers le temps, l’Homme a toujours utilisé le monde végétal pour se soigner, se nourrir, ou encore pour ses “pouvoirs magiques’’ dans le domaine ésotérique par exemple.

Friands des connaissances de l’ethnobotanique, nous souhaitions les partager avec le plus grand nombre.

C’est ainsi que les Terrasses du Bosquet, jardin ethnobotanique et d’acclimatation a vu le jour. Notre jardin est un terrain clos, où l’on cultive des légumes, des plantes ornementales, des arbres et des arbustes fruitiers. Il est agrémenté dans un souci esthétique d’ornements divers et est aménagé de parterres, de bosquets, d’un point d’eau et de tonnelles qui permettent la promenade, le repos, la rêverie.

Nous avons choisi de jardiner avec la nature en créant un milieu équilibré où se conjuguent respect des ressources naturelles et maintien de la diversité animale et végétale ; nous cultivons un jardin écologique.

Nous vous invitons au cœur de son monde végétal et de ses histoires.

Max Roustan
Maire d'Alès
1er vice-président d'Alès Agglomération

Le jardin Les Terrasses du Bosquet présente une impressionnante diversité végétale, et par conséquent animale, qui offre aux Alésiens et aux visiteurs de passage un formidable espace public en cœur de ville pour se détendre mais également un précieux outil d’apprentissage pour les jeunes et les passionnés de nature en matière de biodiversité et de transmission des connaissances.

Le jardin pédagogique Les Terrasses du Bosquet est avant tout un outil de vulgarisation des savoirs et savoir-faire liés au jardin.

Les Terrasses du Bosquet sont un bel exemple de jardin urbain pour qui souhaite planter et cultiver ses fruits et légumes en ville ou sur un balcon. Sur cet espace en cœur de ville, nous produisons assez pour montrer tout au long de l’année des fruits et des légumes aux publics que nous accueillons : scolaires, touristes, résidents de maison de retraite et autres usagers.

Ce jardin nous offre égalemlent la possibilité d’expérimenter des espèces et des modes de cultures, et d’en proposer la découverte au public à travers les animations et les ateliers que nous menons durant l’année.

Enfin, nous avons fait de ce coin de verdure, un lieu d’échange convivial et ouvert où les usagers, les familles et les touristes de passage s’arrêtent très volontiers pour flâner ou pour profiter d’un pique-nique improvisé dès les beaux jours.

Un projet au cœur du patrimoine alésien

Situé au centre-ville d’Alès, le parc du Bosquet est un parc public fleuri et aménagé. Il accueille en son sein le Fort Vauban, une ancienne citadelle construite en 1688.

Héritage du passé d’Alès, le Fort Vauban est le témoin d’une longue histoire au cœur de la cité alésienne. Positionné sur la butte de la Roque, l’origine supposée remonterait à la période gallo-romaine. Au Xe siècle, Un château fort est édifié sur le site : la “tour Peletine”, du nom du seigneur d’Alès, Raymond Pelet, ayant participé à la 1re Croisade.

Au XVIe siècle, les châteaux sont ruinés lors des guerres de Religion. La branche des Pelet éteinte, la seigneurie passe à la famille de Cambis. Vers 1630, le château est détruit. En 1685, suite à la révocation de l’Édit de Nantes, une ordonnance royale, promulguée par l’intendant du Languedoc ordonne la construction d’un fort.

Réalisé en 1688, selon les plans des ingénieurs de Vauban, ses canons seront tournés vers la ville. Renforçant le pouvoir de Louis XIV, il assure la sécurité de la garnison royale et devient une prison pour les protestants. Après la Révolution, il gardera cette activité de fort-prison jusqu’en 1990. Durant la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands occupent le premier étage. Les résistants sont emprisonnés et torturés entre ces murs. Désormais monument emblématique du patrimoine alésien, le Fort Vauban est le théâtre de concerts et de manifestations culturelles.

Douze espaces différents de cultures

Découvrez toutes nos parcelles et plus d’un millier de plantes au cœur d’un jardin ethnobotanique et d’acclimatation de 2000 m2.

Le verger paysager

Le pré-verger, également appelé éco-verger ou verger plein-vent est un type de conduite arboricole très ancien, remontant à l’Antiquité. Il permettait d’associer la culture d’arbres fruitiers avec d’autres culture (foin, céréales, vignes…) ou de l’élevage.

Dans le jardin des Terrasses du Bosquet notre pré-verger permet de joindre l’utile à l’agréable, se promener sous les arbres et profiter de leur fraicheur en été, s’installer dans la prairie fleurie pour un pique nique improvisé et y faire une petite sieste à l’ombre des fruitiers.

Vous pourrez reconnaître dans ce verger paysager pêcher, nectarinier, prunier, poirier et nashi… La prairie est ponctué de bosquets d’agapanthes et de gauras. Elle sera étoffé par la suite d’une prairie fleurie.

Le jardin de Marie

A la fin du Moyen âge, le jardin a évolué sous l’influence des chevaliers revenus des croisades avec dans la tête le souvenir des fabuleux jardins d’orient ornés de plantes aux couleurs chatoyantes et aux parfums envoûtants.

Consacré à la Vierge, ce jardin permettait de confectionner les bouquets dédiés à la décoration de l’autel et des lieux de culte lors des grands rendez-vous lithurgiques.

Notre jardin de Marie s’inspire de cette époque, fleurs blanches sur feuillage vert, argent ou panaché : glycine, rose, pivoine, sauge, glaïeul et fougère…

Le jardin médiéval

Le jardin médiéval est un savant mélange de plusieurs espaces de culture. Varié, structuré, organisé, coloré, savamment délimité par des plessis (bordure en plessage d’acier), pour des carrés sans cesse en culture !

Il prend la forme d’un carré constitué de huit triangles de cultures différentes, terminé par une haie de quatorze pommiers en contre espalier qui longe la rue Soubeyranne. Ces arbres sont des variétés anciennes du XVIIIe et XIXe siècles comme l’Api étoilé).

Découvrez les collections ethnobotaniques du jardin médiéval, inspirées du capitulaire de Villis établit par Charlemagne. Cette liste de quatre vingt-dix plantes, aussi appelé Herbularius (fin du VIIIe siècle), était conseillé de planter dans les cloîtres et les jardins de l’empire.

L'espace des collections

Les Sauges appartiennent à la famille des Lamiacées. Il existe plus de 900 espèces de Sauges dont une quinzaine d’indigènes. La plupart sont originaires des régions chaudes du globe et adaptées à la zone méditerranéenne.

La collection présente une vingtaine d’espèces et variétés nous espérons l’augmenter chaque année de nouveaux spécimens rares ou peu répandus du genre.

Le jardin des Hespérides

Le mot melo en latin, traduit par pomme au Moyen Âge, caractérisait des fruits ronds. Par extension, les agrumes sont appelés ‘‘hespérides’’ en référence aux fruits d’or du jardin des Hespérides.

La parcelle fleurie, visible dès l’entrée dans le jardin, comprend 9 variétés d’agrumes dont : 2 mandariniers Satsuma, 1 citron caviar, 1 limette rouge, 1 citron rugueux, 1 kumquat, 1 kabosu, 1 citrumelo et 1 oranger panaché. Néanmoins, tout au long de votre visite des parcelles du jardin Les Terrasses du Bosquet, vous retrouvez différents membres de cette famille plantés en pleine terre : pomelo, oranger, combawa, poivrier de Timut, …

Le jardin méditerranéen

C’est un jardin sec composé de plantes acceptant des conditions difficiles, comme un fort ensoleillement pendant de longues heures, des vents violents et desséchants et le manque d’eau. Le climat méditerranéen se caractérise par de longs étés chauds et très secs, et des hivers doux. Les précipitations mal réparties et parfois violentes se concentrent en automne et au printemps. La période de sécheresse s’étend en général de mai à août, parfois au-delà.

Le jardin est installé sur des terrasses retenues par des murets, appelés restanques en Provence, bancels en Cévennes. La palette de couleurs de ce jardin est typiquement basée sur des teintes vertes, grises et bleues qui reposent et amortissent la force de la lumière. Les touches de couleurs chaudes sont très légères pour garder un côté frais à l’ensemble.

L’ensemble donne un jardin bucolique, qui demande relativement peu d’entretien.

Les jardins d'acclimatation

Ces zones sont en cours de plantation. Contre le mur du Fort Vauban, en hiver comme en été, les plantes de ce carré recevront la chaleur dégagée par les pierres, créant ainsi des conditions rudes, que la région pourrait connaître d’ici quelques décennies suite au réchauffement climatique.

Papayer, bananier, curcuma, anone, avocatier, manguier, poivrier et ananas, … autant d’espèces que nous allons essayer d’acclimater dans le jardin.

Les Terrasses du Bosquet

Adresse
Rue d’Hombres Firmas, parc du Bosquet,
30100 Alès

Ouverture
Du 01/09 au 14/06 :
du lundi au vendredi, de 9h à 17h

Du 15 juin au 31 août :
du lundi au vendredi, de 8h à 12h